bing

On vous rappelle gratuitement

Remplissez notre formulaire en ligne

J'accède au formulaire
×

Vers la fin du remboursement de l’homéopathie ?

Ouvertement critiquée par un collectif de 124 médecins dans un manifeste publié en mars dernier dans le journal Le Figaro, l’homéopathie est une nouvelle fois au cœur de l’actualité.

Le Ministère des Solidarités et de la Santé a saisi la HAS (Haute Autorité de la Santé) sur la pertinence des modalités de prise en charge des médicaments homéopathiques.

La réponse de cet organisme est attendue avant fin février 2019. L’enjeu est de taille : va-ton vers la fin du remboursement de l’homéopathie ?

La prise en charge actuelle de l’homéopathie

Actuellement, les médicaments homéopathiques ne sont pas tous remboursés par la sécurité sociale. Seuls certains d’entre eux bénéficient d’une prise en charge à 30 %. Ce faible taux de remboursement est celui appliqué aux médicaments considérés comme ayant un « service médical rendu modéré ».

Pour être remboursés, ils doivent avoir été prescrits par un médecin et être signalés par une vignette bleue.

La sécurité sociale estime que le remboursement de l’homéopathie ne représente même pas 1 % du budget qu’elle consacre à la prise en charge des médicaments. Il s’agit tout de même de la somme de 128,5 millions d’euros.

En parallèle de la prise en charge de certains médicaments homéopathiques par la sécurité sociale, certaines complémentaires santé proposent des forfaits médecines douces permettant aux assurés d’être remboursé de tout ou partie de leur traitement d’homéopathie.

Pourquoi l’homéopathie est-elle au cœur d’une polémique entre professionnels de santé ?

Les professionnels de santé qui exercent l’homéopathie sont issus du monde médical et paramédical. Ce sont principalement des médecins qui ont suivi une spécialisation. Ils réfutent les arguments de certains de leurs confrères quant à l’inefficacité des traitements homéopathiques et estiment que l’effet thérapeutique est réel.

Les opposants à l’homéopathie, tels que le collectif des 124, y voient un risque de surmédicalisation, de défiance envers la médecine allopathique et de retard dans les diagnostics et dans la mise en place des traitements thérapeutiques adaptés.

Le 22 mars 2018, le conseil nationale de l’Ordre des médecins avait réagi au manifeste publié par les opposants à l’homéopathie dans un communiqué de presse. Il appelait à plus de modération et se déclarait incompétent pour trancher sur la pertinence thérapeutique de l’homéopathie. Il invitait donc le Ministère des Solidarités et de la Santé à saisir la HAS de cette question. C’est chose faite depuis le mois dernier.

Quelles conséquences en cas de déremboursement de l’homéopathie ?

Si la HAS estime que les traitements homéopathiques ne sont pas pertinents, le gouvernement pourrait décider de ne plus rembourser les quelques médicaments homéopathiques actuellement pris en charge.

Il est peu certain que cette décision freinerait le recours à l’homéopathie. En effet, le nombre de médicaments homéopathies remboursés est réduit. Par ailleurs, de nombreux patients se les procurent sans ordonnance. La fin du remboursement n’impacterait donc pas sur leur recours aux traitements homéopathiques.

Enfin, les complémentaires santé sont de plus en plus nombreuses à inclure un forfait médecines douces permettant une prise en charge des traitements homéopathiques. Le montant de cette dernière varie en fonction de la formule souscrite.

Devis Mutuelle Santé en ligne

Obtenez plusieurs devis personnalisés en moins de 2 minutes

Simulez votre économie

Nos outils et simulateurs

Nos outils en ligne sont mis gratuitement à votre disposition pour vous aider dans votre démarche de comparaison d'assurance santé, bien comprendre le fonctionnement des remboursements et vous apporter des conseils pour la souscription de votre mutuelle.