bing

On vous rappelle gratuitement

Remplissez notre formulaire en ligne

J'accède au formulaire
×

L'Assurance Maladie sur la piste des économies

L’objectif est clair pour la Caisse Nationale d’Assurance Maladie et son directeur Frédéric Van Roekeghem : économiser 2,2 milliards d’euros en 2013.

Ce qui ne signifie pas une baisse des dépenses de santé en France mais simplement une hausse maitrisée, estimée à 2,7% et qui serait de 4% si aucune économie n’était réalisée.

Pour atteindre cet objectif, la Cnam étudie plusieurs pistes, d’ores et déjà chiffrées.

Les génériques en première ligne

Premier constat et premier poste d’économie envisagé : le prix des médicaments génériques, qu’il convient de revoir à la baisse.

Celui-ci est pour l’heure largement surévalué en France et la Cnam estime que simplement vendre des génériques au même prix qu’en Allemagne permettrait d’économiser 40 M€.

Cette baisse des prix des médicaments existants serait alors accompagnée d’une décote de 60 à 70% par rapport aux princeps pour les nouveaux génériques. Une autre chute des tarifs concernerait les dispositifs médicaux implantables, à l’image des simulateurs cardiaques.

Au total, ces mesures visent une économie de 850 M€.

Rappel : depuis le 23 juillet 2012,  tous les assurés voulant profiter du tiers-payant doivent accepter l’équivalent générique (s’il existe) de leur médicament. Le cas échéant, ils assument l’avance des frais.

Les professionnels à contribution

Un second volet des économies envisagées porte sur la maîtrise des prescriptions, tant dans les cabinets médicaux (500 M€) qu’à l’hôpital (150 M€).

Un effort particulier serait d’ailleurs demandé aux établissements hospitaliers avec des économies sur la logistique à hauteur de 210 M€, le développement de la chirurgie ambulatoire (50 M€) et la baisse des tarifs de certains spécialistes (150 M€).

Cette dernière mesure est indépendante de ces dépassements d’honoraires qui alimentent le débat actuellement.

Meilleure prévention du cancer, diabète et insuffisance cardiaque

Mais en cette période de JO, au-delà du sprint aux économies, la Cnam joue aussi la carte de la course de fond : améliorer la prise en charge aujourdhui pour réaliser des économies demain.

En clair, il s'agit d'optimiser les processus de soin de certaines maladies graves comme le cancer, le diabète ou l'insuffisance cardiaque.

Ainsi, la Caisse d'assurance maladie estime qu'une meilleure prévention et un dépistage plus précoce du diabète permettrait une économie de 800 M€ sur cinq ans pour cette seule maladie.

L'idée, ici, est de pouvoir éviter 1,6 milliard d'euros de dépenses par an à l'horizon 2017.

Renforcer les garanties des bas revenus

Il semble qu’une autre mesure, qui n’a toutefois pas été chiffrée, aille dans ce sens : améliorer l’accès aux soins des plus démunis.

Il s’agit, dans ce cadre, de renforcer la couverture optique des titulaires de la CMU (Couverture Maladie Universelle) et des personnes bénéficiant de l’ACS (Aide à l’acquisition d’une complémentairs santé).

Pour ces dernières, un tarif social dentaire est également envisagé.

Info Plus : la chasse aux fraudeurs est ouverte ! Pour la Cnam, la lutte contre la fraude et les abus en tous genres doit éviter 100 M€ de dépenses en 2013.

Avenir de l'assurance maladie

Devis Mutuelle Santé en ligne

WidgetAvisVerifies

Obtenez plusieurs devis personnalisés en moins de 2 minutes

Simulez votre économie

Nos outils et simulateurs

Nos outils en ligne sont mis gratuitement à votre disposition pour vous aider dans votre démarche de comparaison d'assurance santé, bien comprendre le fonctionnement des remboursements et vous apporter des conseils pour la souscription de votre mutuelle.

WidgetAvisVerifies