bing

On vous rappelle gratuitement

Remplissez notre formulaire en ligne

J'accède au formulaire
×

Nouvelle campagne de sensibilisation contre l’alcoolisation fœtale

Depuis le 9 septembre dernier, Santé Publique France diffuse une nouvelle campagne d’information sur les risques liés à la consommation d’alcool lors de la grossesse. Celle-ci se déroule à la fois sur certaines chaines de télévision et sur internet (notamment les réseaux sociaux). Elle doit durer un mois.

On estime le nombre d’enfants qui naissent avec un syndrome d’alcoolisation fœtale à 1 bébé pour 1 000 naissances.

Il est donc important de sensibiliser le public aux risques causés par ce syndrome sur le développement des enfants et aux recommandations actuelles en termes de consommation d’alcool durant la grossesse.

Les recommandations de Santé Publique France

Le message diffusé durant cette nouvelle campagne de sensibilisation contre l’alcoolisation fœtale est clair : Santé Publique France recommande une abstinence totale. Selon cet organisme, les femmes enceintes doivent être encouragées à ne pas consommer une seule goutte d’alcool durant les 9 mois que dure leur grossesse.

Actuellement, le seuil de tolérance au-dessous duquel la consommation d’alcool n’aurait pas de conséquence sur le développement de l’enfant à naitre n’est pas connu. C’est pourquoi les organismes de santé publique préfèrent miser sur le principe de précaution et recommander une absence totale d’alcool durant la grossesse.

Pour rappel, le syndrome d’alcoolisation fœtale peut notamment conduire à :

  • des retards de croissance ;
  • des malformations ;
  • des difficultés d’apprentissage ;
  • des atteintes du système nerveux central…

L’accompagnement des femmes enceintes face à l’alcool

Néanmoins le but n’est pas de culpabiliser les femmes enceintes. C’est pourquoi cette campagne s’adresse également à l’entourage de cette dernière afin de l’accompagner durant ces 9 mois.

Pendant sa grossesse, une femme est soumise à de nombreuses sollicitations qui l’enjoignent à consommer de l’alcool, aux croyances selon lesquelles quelques verres de vin seraient inoffensifs, etc. Pour faire face à ces demandes répétées, elle doit être entourée afin de pouvoir refuser sereinement sans avoir l’impression d’être jugée. Cette absence de jugement doit être dans les deux sens. Cette campagne ne se veut pas moralisatrice mais informative et préventive.

Pour les femmes enceintes qui avaient une consommation importante d’alcool avant leur grossesse et/ou qui n’arrivent pas à être abstinentes, il est recommandé de consulter son médecin traitant pour mettre en place des mesures d’accompagnement.

Il faut également savoir que certaines complémentaires santé proposent des forfaits prévention qui peuvent rembourser des séjours en cure de désintoxication privée. Cela dépend des garanties souscrites.

De plus en plus de complémentaires santé proposent également des services d’accompagnement téléphonique pour guider les personnes dépendantes dans leurs démarches pour se sevrer. Elles peuvent également contacter Alcool Info Services, la plateforme d’accompagnement mise en place par Santé Publique France depuis 2016. Elle est le prolongement d’ADALIS (Addictions Drogues Alcool Info Service), organisme créé en 2009.

Devis Mutuelle Santé en ligne

WidgetAvisVerifies

Obtenez plusieurs devis personnalisés en moins de 2 minutes

Simulez votre économie

Nos outils et simulateurs

Nos outils en ligne sont mis gratuitement à votre disposition pour vous aider dans votre démarche de comparaison d'assurance santé, bien comprendre le fonctionnement des remboursements et vous apporter des conseils pour la souscription de votre mutuelle.

WidgetAvisVerifies