bing

On vous rappelle gratuitement

Remplissez notre formulaire en ligne

J'accède au formulaire
×

Moins de maladies vasculaires mais plus de risques d’AVC pour les végétariens et les végans

Il est aujourd’hui communément admis que le régime alimentaire a des incidences sur l’état de santé des individus, et notamment sur le risque de développer telle ou telle pathologie.

De nombreuses études montrent les bienfaits des régimes végétariens, pescariens et flexitariens par rapport au régime omnivore.

Cependant, une récente étude menée par une équipe de l’Université d’Oxford a mis en évidence un risque accru de faire un AVC pour les personnes qui suivent un régime végétarien ou végétalien.

Rappel sur les différents régimes alimentaires

On parle de régime omnivore pour les personnes qui consomment à la fois de la viande et du poisson. Celles qui ont exclu la viande mais consomment des produits issus de la mer comme les poissons et les crustacés suivent un régime pescarien. Quant aux végétariens, ils ne mangent ni poisson ni viande mais peuvent consommer du lait ou des œufs. Enfin, le régime végétalien exclut tout aliment d’origine animale.

Un autre régime alimentaire est de plus en plus suivi actuellement : le régime flexitarien. La consommation de viande et de poisson est réduite et moins fréquente afin de privilégier la qualité à la quantité.

Lorsqu’on choisit d’exclure certains aliments comme la viande ou le poisson de son alimentation, des risques de carence peuvent intervenir. Il peut être pertinent de consulter un nutritionniste qui accompagnera la personne dans son changement d’alimentation et lui conseillera telle ou telle supplémentation. Certaines complémentaires santé prennent en charge les consultations chez les nutritionnistes.

Quel est l’impact du régime alimentaire sur la santé ?

Il est reconnu que diminuer la consommation de viande, voire la supprimer complètement, permet de réduire le risque de maladies cardiaques et notamment coronariennes. L’étude publiée récemment par l’Université d’Oxford confirme ces conclusions.

En effet, la population végétarienne et végétalienne incluse dans cette étude a développé moins de maladies coronariennes en 10 ans. Plus précisément, le risque pour les pescariens de développer de telles pathologies est réduit de 13 % et de 22 % pour les végétariens et les végétaliens.

Néanmoins, contrairement aux idées reçues, l’étude a mesuré un risque d’AVC accru de 20 % chez les personnes ayant renoncé à la viande et au poisson par rapport aux autres groupes étudiés.

Bien que l’étude ne donne pas les raisons de cette hausse du risque d’AVC en cas de régime végétarien ou végétalien, certaines pistes ont été explorées à la suite de sa publication. Plusieurs explications ont été avancées

  • un trop faible taux de bon cholestérol (HDL) : en-dessous d’un certain niveau, il ne peut plus jouer son rôle qui consiste à évacuer le mauvais cholestérol du cœur vers le foie pour qu’il soit éliminé. L’hypocholestérolémie est connue pour être un des facteurs des accidents vasculaires de type hémorragique ;
  • une carence en vitamine B12 : celle-ci n’est contenue que dans les produits d’origine animale. Il est donc nécessaire de prendre une supplémentation en cas de régime végétarien ou végétalien. La vitamine B12 joue un rôle dans le bon fonctionnement du système nerveux et dans la production des globules rouges ;
  • le fait que le risque de maladies cardio-vasculaires soit moins élevé entraine une plus faible prescription de médicaments contre l’hypertension. Or ces derniers jouent un rôle pour réduire le risque d’AVC.

Devis Mutuelle Santé en ligne

WidgetAvisVerifies

Obtenez plusieurs devis personnalisés en moins de 2 minutes

Simulez votre économie

Nos outils et simulateurs

Nos outils en ligne sont mis gratuitement à votre disposition pour vous aider dans votre démarche de comparaison d'assurance santé, bien comprendre le fonctionnement des remboursements et vous apporter des conseils pour la souscription de votre mutuelle.

WidgetAvisVerifies