On vous rappelle gratuitement

Remplissez notre formulaire en ligne

J'accède au formulaire
X
Contact

Les nouvelles technologies, un allié pour les complémentaires santé

stéthoscope et smartphone sur un bureauLes nouvelles technologies ont permis de faire de remarquables progrès en matière de médecine. Mais elles présentent également de nombreuses autres utilités dans le quotidien des patients.

Par exemple, l’assurance maladie a mis en ligne un annuaire médical permettant de trouver rapidement un médecin proche de chez soi et de consulter les honoraires pratiqués.

Les complémentaires santé ne sont pas en reste et offrent à leurs assurés des services complémentaires assez innovants afin de les aider à se maintenir en bonne santé.

Voici quelques exemples de services mis en place :

Téléconsultation pour les petits problèmes de santé

Les déserts médicaux sont un réel problème pour un grand nombre de français. Une des conséquences du manque de médecin est le délai d’attente pour obtenir un rendez-vous chez son généraliste.

Certaines complémentaires santé proposent un service de téléconsultation pour des petits problèmes de sante comme un doute entre un bouton de fièvre ou un herpès, un mal d’estomac tenace, une sensation de vertige.

La téléconsultation peut aussi être utilisée lorsqu’on ne peut pas joindre son médecin traitant (la nuit par exemple).

L’assuré est mis en relation avec un médecin qui, au vu des symptômes, et éventuellement des photos adressées, va donner des conseils, prescrire des médicaments et transmettre l’ordonnance à la pharmacie choisie par l’assuré ou orienter ce dernier vers les urgences. A terme, des vidéo-consultations pourront avoir lieu.

Coaching santé pour accompagner les assurés

Des complémentaires santé proposent également des applications mobiles ou des sites internet dédiés sur lesquels les assurés peuvent suivre des programmes de coaching santé.

Il ne s’agit pas là d’une téléconsultation mais d’un accompagnement personnalisé pour corriger de mauvaises habitudes alimentaires, reprendre une activité physique, limiter sa consommation d’alcool, arrêter de fumer, etc.

Ils peuvent également servir d’outils de diagnostic. Il est, par exemple, possible de connaître son profil cardiovasculaire et ainsi d’évaluer les risques encourus et mettre en place un programme complet d’accompagner pour les réduire.

Evaluation des objets connectés et des applications mobiles

Devant le nombre croissant d’applications mobiles dédiées à la santé, de nombreuses mutuelles ont mis en place un certain de nombre de critères pour tester le sérieux et la qualité de ces dernières.

Les assurés peuvent ainsi vérifier si l’application qu’ils ont téléchargée est fiable et/ou choisir parmi les applis sélectionnées par leur assurance santé.

Aux côtés des applications mobile, on assiste également à une hausse de l’utilisation des objets connectés. Ces derniers permettent notamment de suivre l’activité cardiaque, l’évolution de la tension, la prise des médicaments. Leur potentiel est très important en matière de prévention et aussi de diagnostic.

D’ailleurs, en janvier dernier, l’Assemblée National a publié un rapport d’information sur les objets connectés qui proposait une prise en charge de certains d’entre eux.

Tout comme les applications mobiles, la fiabilité des objets connectés n’est pas encore optimale. C’est pourquoi certaines mutuelles ont également décidé d’évaluer ces objets et ainsi d’aider leurs assurés dans le choix des objets connectés les plus pertinents et les plus fiables.

Téléassistance à domicile pour les personnes en état de dépendance

Les nouvelles technologies ont également permis d’améliorer les services de téléassistance et télésurveillance à domicile des personnes en état de dépendance.

Certaines mutuelles se sont donc associées avec des entreprises spécialisées dans ce domaine pour offrir à leurs assurés des solutions complètes et fiables pour permettre un maintien à domicile dans les meilleures conditions.

Ces technologies ne cessent d’évoluer. L’enjeu actuel est d’anticiper toute situation de détresse et d’alerter le centre de surveillance sans que l’assuré n’ait à intervenir en appuyant sur un bouton ou autre.